Le néolibéralisme et l'éducation au Québec (2/3) L'éducation et la loi de la jungle

Par

Dans un billet précédent, nous avons vu que la logique néolibérale est nocive pour l'école publique puisqu'elle prône le désengagement de l'État au profit de la privatisation. Voyons dans ce deuxième billet comment le néolibéralisme en éducation reproduit les inégalités sociales dans un espace dont la visée est de promouvoir l'égalité des chances.

La reproduction des inégalités sociales

Comme on le sait, le Rapport Parent des années soixante tentait de réduire les inégalités qui se trouvaient aux portes de l'école par la promotion de l'accès à l'éducation générale pour tous et toutes. Aujourd'hui, alors que les iniquités se retrouvent à l'intérieur de ses murs, non seulement le système scolaire québécois ne réduit pas les inégalités sociales, mais il les reproduit en adoptant une approche managériale issue du secteur privé qui favorise plus que jamais les classes dominantes.

La reproduction des inégalités sociales représente donc l'une des conséquences néfastes du néolibéralisme en éducation. En effet, les données statistiques du MELS (2013, 2014) montrent un écart stagnant d'environ 30% du taux de diplomation après cinq ans d'études secondaires entre les jeunes du secteur public et ceux du secteur privé des dernières années[i]. On trouve aussi un écart d'environ 12% du taux de diplomation entre les secteurs francophone et anglophone[ii] ainsi qu'un taux de décrochage scolaire deux fois plus élevé en milieu défavorisé qu’en milieu favorisé, écart qui perdure depuis plus de 15 ans au Québec[iii]. Les commissions scolaires des milieux autochtones Crie et Kativik affichaient des taux de 85% et 93% pour les élèves sortants sans diplôme et sans qualification en 2006-2007, alors que la moyenne pour les 72 commissions scolaires du Québec était de 29% les mêmes années[iv]. Finalement, selon Statistique Canada, sur le plan de l'accès à l'université, un écart de 18% subsiste entre les étudiant∙e∙s de familles ayant un revenu de moins de 50 000 $ par année versus ceux de familles ayant un revenu de plus de 50 000 $[v]. Plusieurs autres inégalités sont à signaler en ce qui concerne l'accès à l'université des immigrant∙e∙s de deuxième génération, des élèves handicapé∙e∙s ou issu∙e∙s de milieux ruraux, de familles monoparentales et dont les parents sont peu éduqués (Conseil supérieur de l’éducation, 2014). Autrement dit, les ségrégations sociales se perpétuent dans un lieu censé promouvoir l'égalité des chances. Notre système éducatif québécois, où l'État se désengage de plus en plus, ne permet pas aux groupes marginalisés et moins fortunés de s'affranchir de ces contraintes sociales et économiques. La logique du marché va à l'encontre de la justice et de l'équité en ne tenant pas compte des facteurs sociaux ou économiques qui discriminent certains groupes. Afin d'éviter les abus antidémocratiques des aléas du marché, l'une des principales missions de l'État aurait été de protéger la population de la recherche mercantile des entreprises privées. Mais lorsque la logique de marché domine, les groupes  désavantagés ne sont pas protégés et les écarts s'accentuent.

 

Comme nous l'avons vu au moyen des statistiques officielles, la vision réductrice du gouvernement envers l'éducation basée sur les impératifs financiers accroît les inégalités et, par conséquent, attaquent les missions démocratiques ainsi que le rôle émancipateur de l'école. La logique de marché appliquée au secteur de l'éducation favorise les classes qui sont déjà avantagées et fortunées, alors que les moins privilégiées sont laissées pour compte. C'est la loi de la jungle où les plus forts triomphent, et malheureusement, cela commence très tôt...


Enseignante aux niveaux préscolaire et primaire; doctorante à la faculté des sciences de l'éducation de l'Université de Montréal, option psychopédagogie; animatrice et formatrice en philosophie pour enfants ainsi que superviseure de stage au Centre de formation initiale des maîtres de l'UdeM.


[i] http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/PSG/statistiques_info_decisionnelle/SC_63159__stat_diplomation_qualification_cs_2014.pdf

[ii] http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/PSG/statistiques_info_decisionnelle/SC_63159__stat_diplomation_qualification_cs_2014.pdf

[iii http://www.education.gouv.qc.ca/fileadmin/site_web/documents/dpse/adaptation_serv_compl/AgirAutrement_ContrerEcartsReussite_Feuillet_f.pdf

[iv] http://www.fcsq.qc.ca/fileadmin/medias/PDF/Constats-Bilan-Perseverance-sept2009.pdf

[v]  http://www.heqco.ca/SiteCollectionDocuments/UnderRepdGroupsFR.pdf

 

Sujets : néolibéralisme