La bataille de l’eau gaspésienne

Par

Il y a un peu plus d’un an, j’avais écrit un billet sur la pétrolière Gastem qui poursuivait la municipalité de Ristigouche Sud-Est. Celle-ci avait adopté un règlement pour protéger son eau et cela aurait contrevenu aux activités de la pétrolière. Je concluais mon texte en indiquant qu’il était déplorable, selon moi que le gouvernement Couillard ne s’en mêle pas.

Alors que la lutte devant les tribunaux devrait commencer au début septembre et que le maire de la municipalité, monsieur Boulay, vient de lancer un nouvel appel à l’aide dans l’espoir de financer la défense de la municipalité, il me semble opportun de revisiter cette question qui est trop peu traitée dans les médias montréalais.

En réalité, je m’étais trompé, le gouvernement Couillard a une réelle implication dans le dossier. En effet, le gouvernement a instauré un règlement pour protéger les Québécois·e·s d’éventuels déversements de pétrole dans les sources d’eau potable utilisées par les municipalités. Ce dernier se nomme le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection (RPEP). Le RPEP protège un territoire de 500 mètres (p.32) entre une tête de puits et un site de prélèvement d’eau, ce qui est largement insuffisant. En effet lorsqu’on pense à une structure qui extrait du pétrole, on s’imagine une structure métallique digne du Far Ouest américain avec une pompe qui tire le brut en dessous d’elle. En réalité, les puits de pétrole à fracturation hydraulique horizontaux tel qu’envisagés en Gaspésie sont plutôt de petites structures avec une tige souterraine profonde qui peut parcourir une distance de 2 à 3 kilomètres et dans laquelle on injecte de nombreux produits chimiques utilisés pour extraire du pétrole par fracturation.

Or, comme l’a souligné l’Agence de protection de l’environnement américaine (EPA) en décembre 2016, cette méthode peut contaminer l’eau. Lorsqu’il y a des fissures dans les tiges sous les puits les produits chimiques se déversent dans les nappes phréatiques et les bassins souterrains d’eau potable utilisés par la municipalité. Selon un article du Monde, des 750 produits chimiques utilisés pour la fracturation, 29 seraient cancérigènes. Dans cette situation, il est tout à fait normal de vouloir assurer une saine protection des bassins d’eau municipaux. C’est ce que Ristigouche avait fait dans son règlement adopté avant la création du RPEP. Ristigouche prévoyait une protection de 2 km (9.1.1), ce qui apparaît plus raisonnable. Avec son règlement qui protège uniquement 500 mètres, le gouvernement québécois démontre qu’il a agi avec une incroyable incompétence dans ce dossier, ou bien, qu’il a volontairement créé un règlement en faveur des pétrolières face aux municipalités, puisqu’en limitant la distance à 500 mètres, il favorise l’instauration de puits proches de secteurs habités aux dépens de la protection des citoyen·ne·s.

Personnellement, je penche pour la seconde option. C’est ce qui expliquerait pourquoi le ministre Heurtel tente de mettre des bâtons dans les roues des 275 municipalités qui veulent rendre le règlement plus sécuritaire. Ce qui veut donc dire que le gouvernement a délibérément pris les municipalités et ses habitant·e·s pour des idiots.

Considérant que normalement, le RPEP devra être réévalué d’ici quelques semaines, il faut s’attendre à ce que la question refasse surface. On peut parier que les municipalités vont vouloir changer le RPEP. Espérons que cette fois, le débat permettra d’établir des normes sécuritaires de protections de l’eau. Cela est malheureusement peu probable considérant que le gouvernement a commencé a injecté des millions de dollars dans l’exploration pétrolière en Gaspésie.

Réal Bergeron

En effet les motifs du gouvernement sont limpides comme de l'eau (non polluée).

JFBoulais

Que pouvons nous faire, en plus bien sûr de communiquer avec le Gouvernement et aider financièrement la municipalité?